En direct des domaines viticoles

On l’appelle tantôt Neuer Süsser (Alsace), Bernache (Val-de-Loire), Bourret (Gascogne) mais aussi muscat doux ou Bourru dans nos régions. Ce vin doux nouveau sonne la fin des vendanges. Celui qui deviendra un vin à part entière dans quelques mois, est encore un moût de raisin en fermentation qui ne présume en rien de la qualité du futur millésime.

Dans le livre "le vin bourru", une autobiographie sur sa jeunesse vigneronne Languedocienne, le scénariste Jean-Claude Carrière le qualifiait de nectar "mal affiné, qui conservait la bourre de l'enfance, une mousse un peu rugueuse, un duvet, une matière sous la langue qui n'allait pas durer longtemps. Quelque chose d'inachevé, de provisoire, comme si le vin nouveau-né se protégeait, un moment encore, contre les agressions du monde".

Breuvage un peu laiteux ou trouble à la forte teneur en sucre, il ne se conserve pas longtemps en raison des levures qui continuent à décomposer puis à transformer le sucre en alcool et acide carbonique.

Issu de cépages le plus souvent blancs, le bourru est une boisson un brin gazeuse, à la saveur sucrée et douce pour une teneur en alcool de 3 à 6°.

Une boisson éphémère d’automne, à conserver au frais, qui se déguste entre Octobre et Novembre et jusqu'aux fêtes de Noël, excellente pour accompagner une poêlée de châtaignes, des fruits secs, des champignons (ex des cèpes), une tome de montagne ou tout simplement pour agrémenter un bon repas ou un apéritif (avec modération bien-sûr !).

Dans les...