Végét'Alpes



Végét’Alpes – Quézaco ?

Le projet Végét’Alpes est fondé sur un constat d’évolution positive des marchés des compléments alimentaires, de la cosmétique, des produits de santé et de bien-être naturels. Les produits issus de l’Agriculture Biologique constituent le vecteur majeur de cette demande. Face à cela, le territoire des Hautes-Alpes dispose de réels atouts à faire valoir, à la jonction de la Drôme et des Alpes de Haute-Provence, hauts-lieux des plantes à parfums, aromatiques et médicinales (PPAM) :

• Il bénéficie des influences climatiques alpines et méditerranéennes ;
• Il figure sur le podium national des départements engagés dans la production agricole biologique – en Superficie Agricole Utile dédiée.
• La capacité d’irrigation permise notamment par le canal de la Durance sécurise les productions ;
• L’évolution du climat peut être appréhendée comme une opportunité pour développer des productions nouvelles, dans une logique de diversification voire de création d’activité.


Pour exploiter ces atouts, quatre partenaires complémentaires ont construit et mènent ce projet de coopération à l’échelle des 4 territoires du programme européen LEADER qui composent les Hautes-Alpes, auxquels on ajoute le Sisteronais ainsi que l’Ubaye :

Acanthis Laboratoire, basé à Lardier, PME en forte croissance d’une vingtaine de collaborateurs. Elle est spécialisée dans les extraits végétaux ;
Agribio 05, association d’appui au développement de l’agriculture biologique. Elle appuie les producteurs dans les choix et la gestion des cultures ;
Université Grenoble Alpes- Jardin du Lautaret, lieu de découverte de la flore de montagne, c’est aussi un laboratoire à ciel ouvert pour tester et développer des cultures nouvelles. Le laboratoire de pharmacognosie est mobilisé dans ce projet Végét’Alpes afin de réaliser des analyses bibliographiques et physico-chimiques des plantes d’intérêt et caractériser les sites de culture optimaux.
L’Agence de Développement des Hautes-Alpes. Groupement d’Intérêt Public engagé sur la création de valeur ajoutée, de richesse et d’emplois, il a pour rôle d’analyser, de documenter et de promouvoir cette filière peu connue et valorisée. L’Agence de Développement, outre le fait de coordonner ce projet, réalisera une analyse du marché, prendra contact avec des acheteurs afin de sécuriser autant que possible les producteurs agricoles qui s’engageront dans ces cultures de PPAM.

Objectifs du projet

• Identifier les espèces créatrices de valeur (plantes fraîches et sèches, huiles essentiels, hydrolats, macérats, molécules d’intérêt…) dans les marchés de la cosmétique, des compléments alimentaires, de la parfumerie, etc ;
• Mettre en culture et assurer un suivi des itinéraires culturaux chez les producteurs - pour les cultures connues et relativement maîtrisées - ou bien dans des lieux expérimentaux ;
• Identifier un modèle économique viable pour les producteurs et les industriels afin de créer des circuits courts d’approvisionnement créateurs de valeur pour les entreprises haut-alpines ;
• Déterminer les procédés de transformation et de valorisation des plantes et leurs conditions d’acquisition et d’organisation ;
• Évaluer l’influence de divers paramètres afin d’identifier les conditions de culture les plus favorables à la production des molécules d’intérêt par la plante (conditions environnementales, notamment altitudinales, mais également période de récolte…) ;
• Construire une offre globale d’aide au développement de la filière : parcelles agricoles expérimentales, identification de foncier disponible pour ces activités, investissements locaux dans des process de transformation, politique publique incitative, ingénierie financière, promotion, etc.


Interêt de la cooperation

• Mobiliser des compétences complémentaires du territoire dans l’intérêt du développement de la filière des Plantes à Parfum, Aromatiques et Médicinales (PPAM) ;
• Coordonner les actions de développement de la filière et lui donner une envergure, une visibilité forte et la mettre en perspective régionale a minima ;
• Mobiliser ensemble des moyens financiers pour appuyer cette stratégie de filière sur plusieurs territoires et avec le concours de plusieurs entreprises clés ;
• Réduire les coûts globaux de l’action de développement ;
• Créer de la valeur ajoutée, de la richesse et de l’emploi

étapes clés du projet

janvier 2021 :

lancement du projet, mobilisation de producteurs de PPAM ;
Démarrage des prises de contact avec des acheteurs.

printemps 2021 :

premiers accompagnement des producteurs de PPAM en lien avec Acanthis ;
analyse d’expériences de territoires engagés dans le développement des PPAM ;
réflexions quant à la domestication des plantes sauvages en réponse au double intérêt de réponse à la demande du marché et de préservation des écosystèmes.

été 2021 :

Installation d’une unité de distillation chez Acanthis ;
Analyse et préconisations pour le développement de la filière PPAM 05 ;
Test arnica au Lautaret

automne 2021 :

Premières récoltes de PPAM ;
présence d’entreprises des Hautes-Alpes au salon acheteurs Bio Natexpo via un stand mutualisé : Acanthis Laboratoire, Altiflore, Gayral-Reynier.

 
hiver 2021 :
mobilisation d’agriculteurs pour la saison culturale 2022

2022 :
suivi des cultures, accompagnements agricoles

Fin du projet : décembre 2022


Résultats attendus

Développement des productions de PPAM Bio par la formation et l’accompagnement technique ;
Réalisation d’un équipement de transformation structurant pour la filière chez Acanthis ;
Meilleure connaissance des entreprises de la filière et accompagnement de leurs développements ;
Nouvelles opportunités économiques générées au bénéfice des entreprises.